Résultats de recherche pour : *


0b2040ae570ba9e42ad05abc54bca026ca3a4dbd-ipad.jpg

Non, le jeûne n'est pas un "remède miracle" contre le cancer et peut même être dangereux

Les cas de cancer augmentent dans le monde, notamment du fait du vieillissement de la population. Pour en guérir, certains préconisent le jeûne, qui selon eux permettrait d'affamer les cellules cancéreuses, et vont même jusqu'à affirmer que ce régime peut remplacer la chimiothérapie. Ces allégations sont fausses, expliquent les experts interrogés par l'AFP. A ce jour, les études sur le jeûne chez l'homme n'ont pas prouvé de bénéfice contre le cancer. De plus, la dénutrition qui peut en découler peut s'avérer très dangereuse, et même fatale, chez une personne atteinte de cancer. [+]

Publié le mercredi 07 février 2024 à 10:34 - Source : Factuel - AFP

000_33XJ9HG-ipad.jpg

Attention aux soi-disants liens entre vaccination Covid et cancers, ou avec la maladie de Creutzfeldt-Jacob

Les vaccins à ARN messager contre le Covid, dont des milliards de doses ont été administrées dans le monde, font l'objet d'une surveillance pharmacologique sans égal. A ce stade, aucun lien n'a été prouvé scientifiquement entre ces vaccins et la survenue de cancers. Pourtant, le Pr Didier Raoult assure que des protéines accidentelles récemment découvertes après la vaccination pourraient être des "agents de cancer", voire provoquer des cas de maladie de Creutzfeldt-Jacob. Les experts interrogés par l'AFP dénoncent une "extrapolation" sans fondement scientifique. [+]

Publié le jeudi 08 février 2024 à 16:33 - Source : Factuel - AFP

d09c2431631f16f5c3bed945f763a6280eefe42c-ipad.jpg

Covid: attention à ces affirmations sur les vaccins responsables de "sérieux problèmes de santé"

Les résultats de la plus grande étude jamais réalisée sur les vaccins Covid, portant sur près de 100 millions de personnes vaccinées, ont été publiés en février. Des articles de presse et des publications sur les réseaux sociaux assurent que cette étude démontre un lien entre la vaccination et des maladies comme le syndrome de Guillain-Barré. Mais c'est trompeur: si l'étude a identifié et confirmé des "signaux de sécurité" pour certaines affections survenues sur des personnes vaccinées, elle n'a pas établi de lien de cause à effet. Et ces signaux étaient dans leur majorité déjà connus depuis les premières campagnes de vaccination. D'autre part, insiste un auteur de l'étude, ces très rares cas n'ont pu être identifiés que du fait de l'énorme échelle de la cohorte, et leur proportion est "infime". Enfin, ces maladies restent en tout état de cause en proportion bien plus fréquentes après un Covid qu'après une vaccination. [+]

Publié le mardi 27 février 2024 à 10:54 - Source : Factuel - AFP

a3da13e3622adebdf45366d1166a9184346dbb18-ipad.jpg

Non, la "maladie X" évoquée par l'OMS n'est pas la preuve d'une nouvelle pandémie "planifiée"

Les autorités sanitaires du monde entier se préparent en permanence à l'émergence possible de nouvelles maladies, susceptibles d'entraîner épidémies et pandémies. La présence d'une mystérieuse "maladie X" dans une liste de l'OMS des "maladies prioritaires" pour la recherche alimente aujourd'hui des théories infondées, selon lesquelles ce serait la preuve que l'agence onusienne veut "planifier" une nouvelle pandémie, semblable à celle du Covid-19 pour mieux "contrôler les populations". Mais le terme "maladie X" figure depuis 2018 dans cette liste et la présence de ce terme ne vient en rien prouver qu'une nouvelle pandémie serait "planifiée". C'est l'un des rôles de l'OMS, comme d'autres organismes, d'anticiper les réponses possibles à des crises sanitaires mondiales. [+]

Publié le lundi 05 juin 2023 à 14:08 - Source : Factuel - AFP

154f5a1a3c75faf91334351c19a27bba2f7b9426-ipad.jpg

Attention aux interprétations trompeuses d'une étude de l'université de Boston sur un "variant" du Sars-Cov-2

Des chercheurs de l'université de Boston ont tenté de comprendre des propriétés de la protéine "spike" du variant Omicron du Sars-CoV-2, virus à l'origine du Covid. La diffusion de leurs travaux a suscité de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux, certains assurant que leurs expériences auraient créé un nouveau variant du virus "mortel à 80%" pour l'Homme. Mais il s'agit d'une interprétation trompeuse de leurs expériences, qui visaient à mieux comprendre la transmission d'Omicron, ont indiqué ces chercheurs. Si leur étude a ranimé le débat autour des expériences de gain de fonction, qui consistent à modifier génétiquement des virus pour leur conférer des nouvelles propriétés, plusieurs experts indépendants ont expliqué à l'AFP que le virus élaboré par les chercheurs de l'université de Boston, menées sur des souris particulièrement vulnérables au virus, était en réalité moins mortel que la souche originelle. [+]

Publié le vendredi 04 novembre 2022 à 10:43 - Source : Factuel - AFP

Résultats 65 - 69 sur 69 « page précédente Page 1 2 3 4 5 6 7 8 9

Flux RSS pour la recherche sur le terme [*]

Tags :
Créé par Admin le 26/11/2021 13:25