Non, "Joyeux Noël" n'a pas été banni par la maire écologiste de Besançon


Non, "Joyeux Noël" n'a pas été banni par la maire écologiste de Besançon

Publié le lundi 29 novembre 2021 à 19:06

e11a7e29ecbe1eb7b6ef96a8af40122e.jpeg

Auteur(s)

Marine PENNETIER, AFP France

"Joyeux Noël" a-t-il été banni au profit de "fantastique décembre" par la nouvelle maire écologiste de Besançon comme l'affirme le député et candidat à la primaire de la droite Eric Ciotti qui y voit une remise en cause des "traditions chrétiennes" de la France ? Attention : "fantastique décembre" renvoie à une opération organisée par l'office des commerçants de la ville et remonte à 2019, avant l'arrivée des écologistes à la tête de la municipalité. Le terme de "Noël" apparaît également dans des communiqués de la mairie qui affirme n'y voir aucun "problème".

Dernière ligne droite et dernières flèches décochées : à quelques jours du congrès chargé de désigner le candidat des Républicains à la présidentielle de 2022, Eric Ciotti est revenu dimanche sur Twitter sur l'un de ses chevaux de bataille : la défense des "traditions chrétiennes" face aux "déconstructeurs d’extrême gauche et macronistes".

Dans la ligne de mire du député LR des Alpes-Maritimes, la maire écologiste de Besançon qu'il accuse, photo d'illuminations de fin d'année de la ville à l'appui, d'avoir banni le "Joyeux Noël" au profit de "fantastique décembre".

Ce message, retweeté plus de 1.700 fois et "aimé" plus de 6.000 fois, a suscité un flot de réactions, positives pour certaines, négatives pour d'autres, dont celles de la maire EELV de Besançon, Anne Vignot, à la tête de la ville depuis juillet 2020.

Certains internautes renchérissent en criant à la "fake news". "+Fantastique décembre+ est le nom de l'opération commerciale. Mais la ville fête Noël et le dit. Vivement la fin de cette campagne LR tellement "zemmourienne" !", écrit l'un d'eux, renvoyant vers un tweet de la mairie de Besançon qui évoquait le 27 novembre dernier la "magie de Noël".

Face aux critiques, Eric Ciotti publie un nouveau tweet quelques heures plus tard dans lequel il enfonce le clou, épinglant "une mairie adepte du wokisme et qui veut notamment +dégenrer+ les cours d'école".

"On ne me fera pas taire face aux graves dérives imposées à des milliers de Français par des maires d'extrême-gauche", poursuit-il. "Ils s'attaquent à Noël, aux cours d'école, au Tour de France, à la Patrouille de France. Adeptes d'un nouveau totalitarisme, ils veulent changer ce que nous sommes".

Qu'en est-il réellement à Besançon ? Le "Joyeux Noël" n'a-t-il plus droit de cité depuis l'arrivée en 2020 de la "maire écolo" comme l'affirme Eric Ciotti ? Contacté par l'AFP le 29 novembre, le cabinet de la maire, qui fut adjointe du maire sortant Jean-Louis Fousseret, apporte un nouveau démenti.

"C'est une fausse information", répète-t-on. "L'opération +Fantastique Noël+ est une initiative de l'office du commerce et de l'artisanat de Besançon (OCAB) et ne date pas de l'arrivée de la maire à la tête de la ville".

Une version confirmée par l'OCAB qui s'était fendu dès dimanche soir sur sa page Facebook d'un message sous forme de mise au point. "Pour rappel ce nom a été choisi et utilisé depuis 2019 par l'OCAB pour promouvoir le programme des animations durant tout le mois de décembre", peut-on lire.

Via une rapide recherche sur Google, on retrouve la trace d'articles consacrés à l'opération et remontant à 2019, à l'image de celui publié par le site macommune.info et annonçant le lancement du "Fantastique décembre".

2021120115-802d6be30aa27f39d91d2455d1ec2159.jpeg

A la mairie, on met également en avant de récents tweets de la municipalité dans lequel le terme apparaît, preuve qu'il n'y a aucun "problème" avec Noël contrairement à ce que laisse entendre Eric Ciotti.urn:newsml:afp.com:20211129:ab4965cd-fcbc-474a-ad4d-c183271657de

Contacté le 29 novembre par l'AFP, l'entourage du député LR évoque une "guerre culturelle" et un "dialogue de sourd".

"Leur argument de dire que l'initiative a été prise sous la précédente mandature est fallacieux, elle a été adjointe au maire socialiste (passé entre temps dans les rangs de LREM et désormais membre de Territoires de progrès, NDLR), ça ne tient pas", indique-t-on de même source. Quid du fait que l'opération soit l'initiative de l'OCAB ? "A minima la mairie a droit de regard".

"Pour nous, la mairie est derrière, que ce soit 2019 ou 2021 ca ne change rien, c’est la même idéologie qui est derrière, cette mouvance politique woke de déconstruction qui de manière consciente ou inconsciente efface notre identité, nos racines", ajoute l'entourage.

Même réaction dans les rangs de l'opposition LR au conseil municipal de Besançon dont le chef de file, Ludovic Fagaut, avait allumé la mèche mi-novembre dans un communiqué dans lequel il s'inquiétait des "guirlandes intitulées +fantastique décembre à Besançon".

"Ils essaient de se dédouaner", maintient-il, mais "cela s'inscrit dans l'état d'esprit d'EELV, dans le sens où ils veulent nous réapprendre à vivre, à oublier notre identité et réécrire notre histoire."

2021120115-b43c5a343262c9254e5f1ce78d81c281.jpeg ( AFP / MEHDI FEDOUACH)

Cette polémique survient un an après celle soulevée par les propos du maire EELV de Bordeaux, Pierre Hurmic, qui avait annoncé la fin du sapin de Noël municipal illuminé en le qualifiant d'"arbre mort" et "onéreux".

A l'époque, Eric Ciotti avait fustigé les "ayatollahs verts" et les "pseudos écolos" qui "sous couvert de sauver la planète (...) s'attaquent à Noël". Le maire de Bordeaux a annoncé lundi que le traditionnel sapin de Noël serait remplacé par un sapin constitué uniquement "de verre et d’acier recyclés et recyclables".