Non, Viktor Orban n'a pas annoncé que la Hongrie allait "quitter l'UE"


Non, Viktor Orban n'a pas annoncé que la Hongrie allait "quitter l'UE"

Publié le mardi 17 janvier 2023 à 15:42

9748a5242edc9a4fd781e9f400b629bbcaa630d5-ipad.jpg

(AFP)

Auteur(s)

Ede ZABORSZKY, Alexis ORSINI, AFP France, AFP Hongrie

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban n'a pas annoncé lors d'un "discours du Nouvel an" que son pays allait quitter l'Union européenne, contrairement à ce qu'affirment des publications partagées en plusieurs langues sur les réseaux sociaux depuis début 2023. Si l'élu est connu pour ses critiques sur le fonctionnement de l'UE, son gouvernement a toujours défendu le maintien de la Hongrie au sein de l'Union européenne. En outre, Viktor Orban n'a pas tenu de discours pour le Nouvel An.

"La Hongrie va quitter l'UE. La Hongrie a décidé de quitter l'Union européenne. Le Premier ministre Viktor Orban l'a annoncé lors d'un discours du Nouvel An aux citoyens", affirment des publications en français partagées des centaines de fois sur Twitter (1, 2) et Facebook (3, 4) depuis début janvier 2023. 

"L'homme politique s'est plaint que le pays avait été attiré par la tromperie dans la communauté européenne et que les promesses qui lui avaient été faites de Bruxelles n'avaient pas été tenues. 'Nous faisions partie d'une famille européenne, et cela s'est avéré être une famille LGBT, où au lieu d'un père et d'une mère, les parents sont imposés à l'enfant, numérotés comme dans un camp de concentration. La nation hongroise n'a jamais accepté la sodomie, donc Bruxelles et moi ne sommes plus sur la route. Nous entamons immédiatement la procédure de sortie de l'UE', a déclaré le chef du gouvernement hongrois", soutiennent ces publications, dont on trouve aussi des versions en allemand, en hongrois, en grec, ou encore en croate

bbae62a184952a0bd4ac77471c5efb4d2a0c7bf0-ipad.jpgCapture d'écran réalisée sur Facebook le 12 janvier 2023.

5eed8295eaf89323e88f5bdf2e992097d67e10b7-ipad.jpgCapture d'écran réalisée sur Twitter le 12 janvier 2023.

Mais contrairement à ce qu'affirme ce texte - à la syntaxe douteuse dans sa version hongroise -, Viktor Orban n'a tenu aucun "discours du Nouvel an".  

En Hongrie, un discours présidentiel du Nouvel an

La recherche, sur Google comme sur deux célèbres médias hongrois (1, 2), de mots-clés à ce sujet ne donne pas de résultat probant alors qu'une annonce aussi importante aurait forcément fait l'objet d'une importante couverture médiatique, en Hongrie comme ailleurs.  

On ne retrouve pas non plus trace d'un tel discours "du Nouvel an" sur le site du Premier ministre hongrois, où sont compilées toutes ses interventions publiques. La plus récente est une conférence de presse du 21 décembre 2022 à Budapest, au cours de laquelle il n'a fait aucune annonce sur une quelconque rupture de la Hongrie avec l'Union européenne. 

En Hongrie, le discours du Nouvel an est traditionnellement assuré par le président et non par le Premier ministre. La présidente Katalin Novak en a ainsi prononcé un pour 2023, en y évoquant l'importance de la solidarité, mais sans aucune référence à l'Union européenne. 

Le 10 janvier 2023, le porte-parole de Viktor Orban, Zoltan Kovacs, a indiqué à l'AFP que la rumeur sur la sortie de la Hongrie de l'Union européenne était "complètement fausse". 

Victor Orban, bien connu pour ses critiques de l'Union européenne

Le gouvernement de Viktor Orban entretient depuis plusieurs années des rapports tendus avec les institutions européennes, Bruxelles lui reprochant notamment d'avoir facilité l'essor de la corruption. 

Fin décembre 2022, Viktor Orban a notamment dénoncé la "hongrophobie" régnant selon lui dans les cercles de l'Union européenne, qui bloquait des milliards de fonds réservés à Budapest dans l'attente de réformes anti-corruption.

Un compromis a finalement été trouvé mi-décembre quand les Etats membres ont accepté de réduire le montant gelé mais quelque 12 milliards d'euros demeurent suspendus, les mesures déjà prises étant jugées "insuffisantes".

La procédure lancée par la Commission européenne devant les "violations de l'Etat de droit constatées" dans ce pays d'Europe centrale est "de nature à porter un coup fatal à l'UE", selon Viktor Orban. 

Le Premier ministre a particulièrement ciblé le Parlement européen, qui a estimé en septembre que la Hongrie n'était plus une démocratie mais un "régime hybride d'autocratie électorale".

Malgré leurs critiques récurrentes des institutions européennes, Viktor Orban et son gouvernement ont toujours soutenu publiquement leur adhésion à l'Union européenne. Dans une interview du 8 janvier 2023, le conseiller politique de Viktor Orban, Balaz Orban, avait jugé "absurde et malveillante" une question sur l'éventuelle volonté du Premier ministre de faire sortir la Hongrie de l'OTAN et de l'Union européenne.  

En septembre 2022, le Premier ministre hongrois avait lui-même assuré à des députés que "malgré leurs désaccords avec Bruxelles, nous voyons toujours notre avenir en tant que membre de l'Union [européenne]". 

Viktor Orban n'a enfin nullement évoqué un départ de l'Union européenne dans ses discours des deux dernières années, lui qui avait déjà déclaré en 2021 n'avoir "aucune intention de quitter l'UE" et qui avait jugé, en octobre 2022, "fâcheux" que le Royaume-Uni ait quitté l'Union européenne. 

854b8a29953f5aac425fa6e919f9cb18cd3fb612-ipad.jpgLe Premier ministre hongrois Viktor Orbanle 21 décembre 2022 à Budapest (illustration). (AFP / ATTILA KISBENEDEK)

Une rhétorique anti-LGBT

Si l'on ne trouve non plus aucune trace des propos attribués à Viktor Orban dans les fausses publications sur "la famille LGBT", ceux-ci s'inspirent de sa rhétorique anti-LGBT bien connue, lui qui a notamment dénoncé la supposée "propagande LGBTQ" ou aime répéter "qu'un père est un homme et une mère est une femme". 

Une loi hongroise visant à interdire la "promotion de l'homosexualité" chez les moins de 18 ans a en outre fait l'objet de vives critiques internationales, notamment de la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, qui l'a jugée "honteuse".