Législatives 2022 : la consigne de vote du gouvernement face à l'extrême droite au 2nd tour a-t-elle évolué ?


Législatives 2022 : la consigne de vote du gouvernement face à l'extrême droite au 2nd tour a-t-elle évolué ?

Publié le jeudi 16 juin 2022 à 18:40

FireShot Capture 085 - Législatives 2022 _ la consigne de vote du gouvernement face à l'extr_ - www.francetvinfo.fr.png

La Première ministre Elisabeth Borne sur le perron de l'Elysée, à Paris, le 14 juin 2022. 

(LUDOVIC MARIN / AFP)

Auteur(s)

Joanna Yakin

Alors qu'on assistera à une soixantaine de duels entre la Nupes et le Rassemblement national au second tour des législatives, la France Insoumise accuse le camp présidentiel de ne pas être "clair" sur les consignes de vote pour faire barrage à l'extrême-droite.

Le numéro deux de la France Insoumise, Adrien Quatennens, interrogé mardi 14 juin sur franceinfo, a dénoncé le flou qui entoure les consignes de vote données par la majorité sortante en cas de duel Nupes-RN. "Elle parle, elle explique, elle dit ça dépend de ceci... en fait, au final (...) c'est pas très clair", s'est insurgé Adrien Quatennens au sujet de la Première ministre Elisabeth Borne. 

>> Législatives 2022 : tous les résultats dans votre commune

Alors qu'une soixantaine de duels entre la Nupes et le Rassemblement national auront lieu au second tour des législatives, la ligne du gouvernement a effectivement évolué et reste assez ambiguë. Le 12 juin, au soir des résultats du premier tour des législatives, la Première ministre, Elisabeth Borne, a tenu un discours dans lequel elle n'appelait pas à faire barrage à l'extrême-droite en cas de duel, mais renvoyait la Nupes et le RN dos à dos. "Face aux extrêmes, nous ne céderons rien. Ni d'un côté, ni de l'autre", a déclaré Elisabeth Borne.

Après ce "ni-ni", la Première ministre a publié un message sur Twitter, partagé dans la nuit, en appelant cette fois-ci à ne "jamais donner une voix à l'extrême droite". Mais le lundi 13 juin, en déplacement à Vire, Elisabeth Borne passait cette fois à une consigne "au cas par cas". "Quand on a un candidat républicain, et c'est le cas par exemple pour Fabien Roussel, nous le soutenons. Quand vous avez un candidat qui ne respecte pas les valeurs républicaines, nous ne le soutenons pas", a-t-elle fini par indiquer. 

Dans les faits, localement, la consigne est donc diversement appliquée. Dans certaines circonscriptions, les candidats de la majorité qui ont perdu au 1er tour appeler à voter pour le candidat de la Nupes face au RN. C'est le cas par exemple dans la 7e circonscription de l'Hérault, mais dans laquelle le candidat macroniste précise que le candidat de la Nupes pour lequel il appelle à voter est communiste et pas insoumis. 

Ailleurs, certains se contentent simplement de dire "pas de voix au RN", comme à Marseille Nord. 

D'autres s'abstiennent de donner une quelconque consigne ou annoncent qu'ils voteront blanc, comme Pascal Rifflart, dans la 1ere circonscription de la Somme où l'Insoumis François Ruffin devra affronter une candidate RN au second tour.

Tags : législatives