Propagande pro-russe : l’Afrique, terrain de jeu désinformationnel de la galaxie Prigojine en ligne


Propagande pro-russe : l’Afrique, terrain de jeu désinformationnel de la galaxie Prigojine en ligne

Publié le vendredi 14 avril 2023 à 11:03

000_323G722.jpg

Des manifestants à Ouagadougou au Mali, soutenant la junte et agitant des drapeaux aux couleurs de la Russie, le 19 février 2022. 

(OLYMPIA DE MAISMONT / AFP)

Auteur(s)

Nathan Gallo

Déstabiliser et désinformer : ces dernières années, l'Afrique est devenue l'un des nouveaux fronts stratégiques de la Russie et de la galaxie Prigojine, du nom du fondateur de la milice Wagner Evgueni Prigojine. Du Mali au Burkina Faso, cette nébuleuse opaque, bras armé et outil stratégique officieux du Kremlin, mène une lutte d'influence en ligne en soutien aux pouvoirs en place et contre la présence française, ancienne puissance coloniale devenue partenaire rejeté sur le continent. Eclairage. 

"Support Burkina Faso" : fin janvier, plusieurs témoignages vidéo de soutien à la junte burkinabè commencent à circuler en ligne, sur des boucles Whatsapp comme sur Facebook. 

Face caméra,des individus se disant américains y affirment "soutenir le Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration", la junte militaire de transition du capitaine Ibrahim Traoré, à l'origine du coup d'État de septembre dernier.

Tous se déclarent par ailleurs panafricains, du nom de ce mouvement pour l'unité des peuples en Afrique et historiquement hostile aux anciennes puissances coloniales.

Capture d'écran.JPG

Capture d'écran de la vidéo créée à partir du logiciel Synthesia

Sauf que ces personnes ne sont pas réelles. Ces faux témoignages ont en réalité été fabriqués à partir d'avatars proposés par un logiciel d'intelligence artificielle, comme l'ont vérifié plusieurs médias quelques jours après l'apparition de ces séquences. 

"Critiquer la France et faire l'éloge de la Russie"

Qui oeuvre derrière ces vidéos de propagande ? Difficile de retracer précisément l'origine de ces contenus, comme nombre d'opérations d'influence de ce type. Mais plusieurs commentateurs ont dès le départ pointé du doigt la galaxie d'Evgueni Prigojine.

Ces dernières années, le fondateur de l'organisation paramilitaire Wagner a opéré nombre de campagnes d'influence dans de nombreux pays africains, en s'appuyant sur un discours pro-panafricain et hostile à la présence française sur le continent, similaire à celui observé dans la vidéo. 

Dans les jours qui avaient suivi le coup d'Etat au Burkina Faso, le patron de Wagner, très proche du Kremlin et de Vladimir Poutine, avait aussi officiellement félicité la junte à son arrivée au pouvoir pour avoir libéré la population burkinabè du "joug des colonialistes", désignant directement la présence française dans la région du Sahel.

"Typiquement en Afrique francophone, l'objectif des opérations d'influence liées à Prigojine est de soutenir le gouvernement en place, de critiquer la France et de faire l'éloge de la Russie", explique Shelby Grossman, chercheuse au Stanford Internet Observatory, qui a analysé la propagande pro-russe en ligne en Afrique.

"La question historique entre la France et ces pays n'a pas été réglée, et Wagner utilise des sujets qui mobilisent une partie de la population - que ce soit sur les accusations de financement du terrorisme au Sahel, sur l'insécurité ou le néocolonialisme", souligne de son côté le collectif All Eyes on Wagner, qui surveille l'activité du groupe en Afrique et au Moyen-Orient.

Propagande, mercenariat, extraction minière : le triptyque de la galaxie Prigojine

Ces opérations d'influence représentent l'un des pôles centraux du système Prigojine, en plus du mercenariat lié à la milice Wagner fondée par Prigojine lui-même et des activités économiques d'extraction minière menées sur le continent par des entreprises affiliées à l'entrepreneur russe. Trois branches qui servent des intérêts convergents et se nourrissent mutuellement. 

Alors que les relations entre la France et les juntes arrivées au pouvoir récemment au Mali comme au Burkina Faso se sont détériorées, des acteurs russes plus ou moins directement liés à la galaxie Prigojine se sont imposés comme des partenaires privilégiés des régimes au pouvoir, sur le plan économique comme dans la lutte contre les mouvements djihadistes au Sahel.

Implantée depuis 2018 en Centrafrique et plus récemment au Mali - bien que la junte au pouvoir s'en défende, Wagner a notamment contribué à isoler les Etats africains francophones de leurs anciens partenaires traditionnels. En parallèle, les trolls pro-russes contribuaient à faire pencher sur les réseaux sociaux une partie de l'opinion publique en faveur de Moscou.

En avril 2022, la France s'était ainsi retrouvée accusée à tort d'avoir été à l'origine d'un charnier dans la ville de Gossi au Mali, alors qu'une vidéo devenue virale montrait des corps déterrés près de l'ancienne base des militaires français de l'opération Barkhane partis quelques jours plus tôt. 

Dans les heures qui avaient suivi, l'armée française avait réfuté cette version et déclaré qu'il s'agissait d'une mise en scène. La France avait notamment publié des images satellite montrant selon elle des mercenaires russes de Wagner qui avaient eux-mêmes enterré les corps sur place et filmé ces images. 

000_323G722.jpg

Des manifestants à Ouagadougou au Mali, soutenant la junte et agitant des drapeaux aux couleurs de la Russie, le 19 février 2022. OLYMPIA DE MAISMONT / AFP

Des "campagnes inauthentiques et orchestrées" sur les réseaux sociaux

Plus récemment, d'autres campagnes d'influences pro-russes et anti-françaises ont aussi affecté le Burkina Faso. Avec les mêmes méthodes que celles employées en République centrafricaine ou au Mali : "amplifier de manière artificielle et coordonnée" la propagande pro-russe via notamment ses fermes à trolls [entreprises destinées à coordonner la diffusion en ligne de campagnes de désinformation], décrit All Eyes on Wagner. 

Dans un rapport publié fin janvier, le collectif a ainsi noté plusieurs "campagnes inauthentiques et orchestrées à destination des utilisateurs des réseaux sociaux burkinabè" ces derniers mois. 

Des campagnes de "propagande pro-russe" visant la population burkinabè sur des thématiques ciblées : "la présence française au Sahel, "la lutte contre le terrorisme" ou "l'affranchissement avec le passé colonial".

Ces opérations ne sont pas isolées, et les méthodes de la galaxie Prigojine sont désormais de plus en plus documentées. Fin 2020, Facebook avait par exemple annoncé avoir démantelé un réseau de dizaines de pages, groupes et comptes sur sa plateforme directement liés à l'entrepreneur russe, qui partageaient des informations sur la République centrafricaine.

"Il existe plusieurs vecteurs de propagande en ligne", précise Kevin Limonier, maître de conférences et spécialiste du cyberespace russophone, qui cite à la fois "Facebook, qui reste un mastodonte sur le continent africain", et la messagerie privée Whatsapp, sur laquelle les "rumeurs et opérations informationnelles se propagent beaucoup"

Des relais de propagandes à l'échelle locale

Qui relaie ces opérations d'influence pro-russes ? Associations, médias locaux, organisations panafricaines, militants politiques : en plus des médias russes comme Sputnik ou Russia Today, présents en version française sur le continent africain depuis les années 2015-2016, cette propagande passe aussi par des canaux d'influence plus locaux. 

Le système Prigojine collabore en effet essentiellement avec ceux que Kevin Limonier nomme des acteurs "semi-opaques", officieusement soutenus par la Russie. "Avec ces acteurs semi-opaques qui représentent le cœur du dispositif d'influence de Wagner aujourd'hui, on sort du cadre de la diplomatie publique russe et on rentre dans le domaine des entrepreneurs d’influence et des militants locaux", explique-t-il. 

De nombreux militants panafricains, comme Kemi Seba, entretiennent ainsi des liens étroits avec le pouvoir russe. "Ces acteurs récupèrent les éléments de langage de la Russie pour leur propre agenda politique personnel", explique le chercheur.

Le militant panafricain, qui avait notamment participé au sommet Russie-Afrique de Sotchi en 2019, a par exemple été abondamment financé et guidé par le groupe Wagner. 

Une nouvelle investigation publiée fin mars par All Eyes on Wagner en collaboration avec d'autres médias comme Jeune Afrique et Die Welt a ainsi rendu public des documents qui prouvent que Kemi Seba a reçu plus de 400.000 euros de la part de différentes structures appartenant à Prigojine. 

000_1U53HB.jpg

Conférence de presse de Kemi Seba le 26 Juin, 2020 à Paris. STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Certains médias locaux plus traditionnels sont aussi directement soutenus par la galaxie Prigojine. "Il ne faut pas oublier tout l’environnement des radios locales, loin d'Internet ou de l’espace numérique", explique Kevin Limonier, qui rappelle que le "rôle de la radio est extrêmement important pour s'informer en Afrique francophone". 

Un constat qui a poussé la Russie à créer dès 2018 en Centrafrique la radio Lengo Songho, devenue une des radios les plus écoutées de la région de Bangui. 

Wagner s'appuie désormais aussi sur des productions de contenus de plus en plus localisés sur le continent, et non plus produits par des fermes à trolls situées uniquement en Russie. "Les personnes habitant le pays vont être plus capables de créer des contenus qui vont parler à la population", explique Shelby Grossman. 

La chercheuse avait par exemple observé en 2019 qu'un groupe lié à Evgueni Prigojine avait fait appel à des entreprises de marketing digital basées en Egypte dans le cadre d'opérations d'influence en Libye. 

"On observe une sorte de dumping informationnel", confirme Kevin Limonier. "Les contenus produits depuis la Russie le sont de plus en plus depuis l'Afrique par des Africains, qui parlent aux Africains, avec de l'argent russe". 

De nouvelles opérations d'influence au Niger

Après le Burkina Faso, de nouveaux pays semblent désormais sur la liste de Prigojine pour de nouvelles campagnes d'influence. "On observe une pression très forte sur le Niger", relève All Eyes on Wagner. 

Considéré comme un partenaire stratégique de la France dans la région du Sahel, le Niger est devenu une nouvelle cible pour les acteurs de la désinformation pro-russes. Ces derniers mois, les services français ont relevé plusieurs attaques informationnelles coordonnées sur les réseaux sociaux, avait expliqué l'AFP, qui s'était aussi penché sur plusieurs infox voulant dénoncer la présence militaire française dans le pays. 

Un point aussi observé par All Eyes on Wagner, qui explique que certains comptes sur Facebook ayant déjà partagé des messages pro-russes par le passé ont "sponsorisé des images et messages très agressifs contre la France pour les gens au Niger"

Peut-on toutefois parler d'expansion durable de la galaxie Prigojine sur le continent ? "Wagner est quand même en termes de personnel limité du fait de la guerre en Ukraine", relativise le collectif, à propos des miliciens de Wagner déployés en Afrique. "Donc nous nous posons des questions quant à la possibilité qu'ils s'étendent encore plus". 

L'organisation souligne tout de même le succès de ces opérations d'influence : "ces opérations de désinformation sont finalement un peu du mercenariat low cost, car ce type de pratique fait peur à tout le monde. Finalement ces opérations jouent bien leur rôle, à moindre coût, sans perte humaine ni problème de munitions".

 

Ce fact-check a été publié par DE FACTO.