Non, la "maladie X" évoquée par l'OMS n'est pas la preuve d'une nouvelle pandémie "planifiée"


Non, la "maladie X" évoquée par l'OMS n'est pas la preuve d'une nouvelle pandémie "planifiée"

Publié le lundi 5 juin 2023 à 14:08

a3da13e3622adebdf45366d1166a9184346dbb18-ipad.jpg

Auteur(s)

Julie PACOREL / AFP France

Les autorités sanitaires du monde entier se préparent en permanence à l'émergence possible de nouvelles maladies, susceptibles d'entraîner épidémies et pandémies. La présence d'une mystérieuse "maladie X" dans une liste de l'OMS des "maladies prioritaires" pour la recherche alimente aujourd'hui des théories infondées, selon lesquelles ce serait la preuve que l'agence onusienne veut "planifier" une nouvelle pandémie, semblable à celle du Covid-19 pour mieux "contrôler les populations". Mais le terme "maladie X" figure depuis 2018 dans cette liste et la présence de ce terme ne vient en rien prouver qu'une nouvelle pandémie serait "planifiée". C'est l'un des rôles de l'OMS, comme d'autres organismes, d'anticiper les réponses possibles à des crises sanitaires mondiales.

"Ca y est ça arrive, la pandémie arrive, c’est pas moi qui le dit, c’est l’OMS qui nous prévient, c’est [NDLR : la présidente de la Commission européenne, Ursula] Van der leyen qui nous prévient, c’est Bill Gates qui vous prévient", assure cet internaute dans une vidéo postée le 27 mai sur Facebook et commentée plus de 1.500 fois.

Sur TikTok, sa vidéo a été vue plus de deux millions de fois. Un bandeau de texte assure: "La maladie X arrive et l'OMS aura tout le pouvoir".

2c4bace394f3f9cce6ea705ed51dc1562802fcbb-ipad.jpg

 

Capture d'écran de Facebook le 1er juin 2023 (floutage réalisé par l'AFP)

 

"Ca fait déjà trois ans qu’on nous parle de la maladie X, comme quoi vous voyez tout est planifié d’avance", continue-t-il.

Une vidéo du président du mouvement d'extrême-droite les Patriotes Florian Philippot sur le même thème partagée le même jour sur ce compte Facebook , totalise plus de 400.000 vues et plus de 3.400 commentaires.

L'ex-proche de Marine Le Pen, habitué des fausses affirmations sur le Covid notamment, et dont les propos sont régulièrement démystifiés par l'AFP, comme ici ou , assure: "Ce n’est pas moi qui l’invente, c’est l’OMS, c’est la maladie X". 

Pour appuyer son propos, Florian Philippot cite des articles de presse, notamment le journal britannique The Telegraph, qui selon lui assure dans un article daté du "15 mai" que "la maladie X a récemment été ajoutée à la liste des maladies prioritaires de l’OMS, c’est la seule maladie qui n’existe pas parmi cette liste".

La "maladie X" n'a pas été ajoutée "récemment"

Ces publications trompeuses se sont multipliées sur les réseaux quelques jours seulement après l'assemblée générale de l'OMS, qui s'est tenue le 22 mai à Genève, au cours de laquelle a été évoqué (archive) le nouveau réseau de surveillance des maladies infectieuses de l'organisation.

Mais les références à la "maladie X", et l'article (archivé ici) du Telegraph dont parle Florian Philippot datent de mai... 2018. 

L'OMS a confirmé à l'AFP le 30 mai 2023 que la "maladie X" avait été ajoutée à sa liste des pathologies prioritaires pour la recherche et le développement dans un contexte d'urgence dès 2018.

On retrouve en effet des articles de presse (archive) de 2018 qui l'évoquent, et même une page du site de l'OMS (archive).

99dbaa897f8dc79fe889494cbcaba923656386da-ipad.jpg

 

Capture d'écran du site de l'OMS faite le 2 juin 2023

 

Cette liste, explique l'OMS sur son site "vise à identifier quelles maladies représentent un risque pour la santé publique du fait de leur potentiel épidémique et pour lesquelles il n'y a pas, ou pas assez, de traitement existant".

Aujourd'hui, neuf maladies sont recensées sur cette liste dont le Covid-19, la fièvre hémorragique de Crimée-Congo, le virus Ebola ou encore Zika.

L'OMS précise bien que "la liste n'est pas exhaustive, et ne donne pas d'information sur les causes les plus probables d'une prochaine épidémie", mais utilise cette liste "pour développer des stratégies de recherche et développement pour chacune de ces maladies".

Qu'est-ce-que la "maladie X"?

La "maladie X" figure en dernier sur la liste de l'OMS. L'organisation précise que "la maladie X correspond à l'état des connaissances qu'une épidémie internationale grave peut être causée par un agent pathogène actuellement inconnu et nuisible pour la santé humaine".

En 2018, l'OMS avait expliqué dans un communiqué, repris par de nombreux organes de presse (archive) à l'époque, que "la maladie X a été incluse dans la liste, non pour terrifier, mais pour veiller à ce que la communauté internationale en santé soit prête à s'attaquer à toutes les formes de menaces, prévisibles et imprévisibles".

L'OMS n'est pas la seule à anticiper des scénarios d'épidémies mondiales. Depuis plusieurs années, les scientifiques pointent (archive) le risque d'une multiplication des épidémies, en particulier de zoonoses, des maladies infectieuses animales transmises à l'homme. 

La "maladie X" n'est ni le Covid, ni la maladie de Marbourg

Dans sa vidéo, Florian Philippot fait un lien entre la "maladie X" et "une vague géante de Covid en Chine". Mais les deux n'ont rien à voir, par définition la "maladie X" n'est pas le Covid, puisqu'elle n'est pas encore connue.

D'autre part, l'article de Bloomberg que M. Philippot cite pour évoquer la vague de cas de Covid en Chine ne fait aucun lien entre les deux.

Le TikTokeur à la vidéo très virale mélange quant à lui "la maladie X ou maladie de Marburg" comme si les deux étaient synonymes. Mais la maladie de Marburg (archive) est elle bien identifiée : il s'agit d'une maladie qui provoque une fièvre hémorragique et sévit en Guinée-équatoriale.

La pandémie planifiée par les "puissants", un narratif récurrent

Si Florian Philippot se contente de dénoncer "une propagande de peur", les récentes publications sur la "maladie X" insinuent, ou accusent franchement, les autorités de préparer délibérément une épidémie.

Le Tiktokeur assure que "cette pandémie va être planifiée encore une fois, faut pas vous leurrer mes amis, ça tombe pas comme ça du trou du cul des poules les pandémies”. Il ajoute: "c’est organisé avec les biolabs, c’est fait en laboratoire, c’est balancé sur la gueule avec l’aide de la géoingéniérie de tout ce qu’ils font avec nos grands amis Bill Gates", une rhétorique semblable à celle utilisée pour le Covid depuis 2020.

Sur Twitter le même jour, une internaute voit aussi dans la "maladie X" la marque des laboratoires, qui veulent "vacciner la planète" et annonce même une date: "C prévu pour juin il parait" . 

b43ae6436bf1930af9875a699600075e44ddf95a-ipad.jpg

 

Capture d'écran de Twitter faite le 2 juin 2023 (floutage réalisé par l'AFP)

 

Sur Facebook une internaute réagit à la vidéo de M. Philippot: "C'est pour ça que je croise peu de gens, de nouveau avec leur masque dans la rue ! 

Pour le sociologue Laurent Cordonier, de la Sorbonne, "cette accumulation de témoignages, c'est assez révélateur du fonctionnement du complotisme: c'est une entreprise collective dans laquelle chacun peut amener sa contribution, repérer des soi-disant 'anomalies' et les ajouter à la liste déjà constituée".

Il observe au sujet de cet emballement autour de la "maladie X" une "grande naïveté du procédé: si vraiment l'OMS préparait un plan aussi machiavélique, l'afficherait-elle publiquement?".

Mais le complotisme fonctionne beaucoup par "opportunisme", analyse-t-il, "et fait feu de tout bois, même si ce bois n'est pas bon".

Le spécialiste constate que "le complotisme est rarement imaginatif et la rhétorique consistant à accuser les puissants de ce monde comme Bill Gates d'avoir tout prévu avait déjà été préparée mot pour mot pendant le Covid".

L'AFP Factuel a d'ailleurs écrit dès la fin 2020 sur les théories infondées selon lesquelles la pandémie de Covid était planifiée. Parmi elles, un exercice organisé en partenariat avec le Forum économique mondial et la Fondation Bill et Melinda Gates, en octobre 2019, qui consistait à simuler une réponse à de "graves pandémies", avec comme objectif de "minimiser leurs conséquences économiques et sociales à grande échelle".   

La "dictature mondiale sanitaire", également un thème récurrent du complotisme

Autre élément récurrent des théories infondées autour des crises sanitaires, celle d'"élites" et de "puissants" qui organiseraient des pandémies dans le but de mettre en place une "dictature sanitaire" destinée à "contrôler les populations". Régulièrement, l'OMS est accusée d'en être le bras armé, alors qu'elle n'a de toute façon pas la possibilité d'imposer quoi que ce soit aux Etats.

En conclusion de sa vidéo TikTok, l'internaute met en garde: "C’est l’OMS qui va décider combien de temps vous allez être mis en confinement, etc, etc, c’est très très grave c’est une dictature mondiale sanitaire", continuant: "ils vont en profiter pour nous passer l’identité numérique et tout ce qui va avec, ça fait partie du plan mes amis".

Comme expliqué lors de précédents articles de vérification de l'AFP, ni l'OMS ni aucune agence internationale comme l'ONU ou le G20 ne peuvent ni contraindre à la vaccination, ni imposer de mesures de restriction sanitaire comme un confinement, qui jusqu'à présent ont toujours émané de décisions prises par les Etats souverains.

L'OMS a émis des recommandations sur le confinement, comme nous l'avons rappelé dans cet article de février 2021, sans pouvoir l'imposer ni l'interdire.

Les rumeurs sur une "identité numérique" imposée mondialement sont aussi régulièrement démystifiées par l'AFP, comme ici.