Covid-19 : Non, le ministère de la Santé espagnol n’a pas avoué la mort de 452 personnes à cause des vaccins


Covid-19 : Non, le ministère de la Santé espagnol n’a pas avoué la mort de 452 personnes à cause des vaccins

Publié le jeudi 15 septembre 2022 à 17:58

648x415_carolina-darias-san-sebasti-ministre-sante-espagnole

Carolina Darias San Sebastián, ministre de la santé espagnole

(Handout / LA MONCLOA / AFP)

Auteur(s)

Romarik Le Dourneuf (20 Minutes)

FAKE OFF Les 452 décès recensés de personnes présentant des effets secondaires ne sont pas liés aux vaccins, selon l’Agence espagnole du médicament

Bien qu’éclipsé en partie par une actualité nationale et internationale foisonnante, le Covid-19 n’a pas disparu. Et si la vaccination a permis de limiter sa portée, de nombreux opposants continuent de défendre leur position.

Une rumeur sur les réseaux sociaux pourrait d’ailleurs aller dans leur sens, à tel point que les internautes sont nombreux à la partager, Yves Pozzo di Borgo en tête. L’ancien sénateur a publié un tweet affirmant que le ministère de la Santé espagnol aurait « avoué » la mort de 452 personnes à cause des vaccins contre le Covid-19. Un « coup de tonnerre », selon Yves Pozzo di Borgo… qui se révèle être une fausse information. 20 Minutes fait le point.

L'ancien sénateur fait partie de ceux qui ont relayé cette intox.

L'ancien sénateur fait partie de ceux qui ont relayé cette intox. - Capture d'écran / Twitter

FAKE OFF

Pour appuyer ses dires, l’ancien sénateur - et plusieurs Twittos - partagent une publication du site le Courrier du Soir. L’article en question avance qu’un rapport de l’Agence espagnole des médicaments (AEMPS), qui dépend du ministère de la Santé, aurait confirmé que « 452 personnes sont mortes des effets secondaires du vaccin depuis le début de la campagne vaccinale en 2021 » en Espagne.

L’auteur cite pour source la Redaccion Médica, un média espagnol dédié à la santé. Un lien est même disponible. L’article en question parle bien du rapport de l’Agence espagnole des médicaments, lequel traite des effets secondaires des différents vaccins injectés dans le pays.

Si l’article évoque bien 452 décès parmi les 75.978 cas d’effets secondaires indésirables détectés (pour 102.480.101 doses injectées), il ne lie pas directement ces décès aux vaccins. Pour en avoir le cœur net, allons consulter ce rapport.

Des décès sans motif homogène

Publié le 27 juillet 2022 et disponible sur le site Internet de l’AEMPS, il analyse le nombre de cas d’effets secondaires indésirables détectés, leur nature, le profil des personnes (âge, sexe…) qui les ressentent après injection pour chacun des six vaccins autorisés dans le pays. Troubles menstruels, fatigue, douleurs abdominales, céphalées, diarrhées… Tous les effets sont passés au crible.

Dans la rubrique « Notificaciones de acontecimientos adversos registradas en España » (Notifications d’événements indésirables enregistrés en Espagne), il est rapporté que parmi les déclarations d’événements indésirables, 13.369 ont été considérées comme graves au 10 juillet 2022. C’est ici qu’il est indiqué que sur ces cas graves, 452 ont abouti à un décès.

Mais le rapport précise tout de suite que ces événements ne peuvent être considérés comme « liés au vaccin » par le simple fait qu’ils ont été signalés : « Dans la grande majorité des cas rapportés, il existe des antécédents médicaux et la médication concomitante. Aussi le décès peut s’expliquer par la situation clinique antérieure du patient et/ou d’autres traitements qu’il prenait, et les causes de décès sont diverses, sans présenter un motif homogène. »

Les décès pour d’autres causes continuent pendant la vaccination

Le rapport ajoute que la vaccination ne réduit pas les décès dus à des causes autres que le Covid-19. Et donc, pendant la campagne de vaccination, ces décès continuent de survenir, parfois dans une « proximité temporelle étroite » avec l’administration du vaccin, sans que cela n’est de lien.

L’agence ajoute que les décès, parmi les cas d’effets secondaires graves signalés, sont évalués en permanence par les agences du médicament de l’Union européenne.

Au regard de l’étude présentée, il est donc faux de dire que les 452 décès répertoriés sont dus aux vaccins contre le Covid-19.