Attention à ces chiffres erronés sur le montant de l'aide reçue par un demandeur d'asile en France


Attention à ces chiffres erronés sur le montant de l'aide reçue par un demandeur d'asile en France

Publié le mercredi 14 juin 2023 à 16:53

a9a98d0262933ad4a0dc1c6ebfa94001800367bd-ipad.jpg

Auteur(s)

AFP France

En France, un demandeur d'asile toucherait entre 911 et 1.276 euros par mois, affirme à tort une publication très relayée sur Twitter depuis le 12 juin. Attention : les chiffres évoqués correspondent au montant du revenu de solidarité active (RSA) d'un couple, revenu que ne peut pas toucher un demandeur d'asile avant d'obtenir le statut de réfugié. Le montant de l'allocation pour demandeur d'asile (Ada) est, lui, inférieur : 6,80 euros par jour pour une personne seule, auxquels s'ajoutent dans certains cas 14,20 euros. 

"En France, un migrant (demandeur d'asile touche lui : - 911,62 € si il est seul. - 1 093,95 € s'il a 1 enfant. - 1 276,27 € s'il 2 enfants. + 243,10 € [Par enfant ou personne à charge supplémentaire]", affirme le compte Twitter "Valeurs occidentales" dans un message publié le 12 juin 2023 et partagé plus de 2.000 fois depuis.

Le compte cite comme "source" le site officiel de l'administration française "Service public" mais en renvoyant vers un lien erroné: "service.public.fr  (archive), qui renvoie vers une "erreur 404" (page introuvable), au lieu de "service-public.fr.

Il associe également à son message un tableau sur lequel apparaissent ces montants, au dessus d'une capture d'écran "en quoi consiste l'allocation pour demandeur d'asile".

Une courte vidéo complète le tout : on y voit des personnes, dont une femme expliquant être à la retraite, faire les poubelles à la recherche de nourriture.

Cette publication, qui tend à mettre en concurrence réfugiés et personnes précaires, a été diffusée quelques jours après l'attaque au couteau d'Annecy commise par un réfugié syrien. 

bc9d5c8f7328a5258defe0ba953a3f34628429ce-ipad.jpg

 

Capture d'écran du compte Twitter Valeurs Occidentales prise le 13 juin 2023

 

Attention : la présentation est trompeuse et les chiffres ne correspondent pas à la réalité

Une rapide recherche sur internet permet en effet de retrouver, sur le site officiel de l'administration française Service Public (lien archivé) l'origine des chiffres présentés dans le tweet : contrairement à ce qui est affirmé, il ne s'agit pas du montant de l'allocation pour demandeurs d'asile ni du montant perçu par un migrant seul mais du revenu de solidarité active (RSA) d'un couple . 

Or, le RSA n'est pas une aide spécifique pour les "demandeurs d'asile" comme le laisse entendre la publication. Pour bénéficier du RSA, il faut avoir au moins 25 ans, résider en France "de manière stable et effective". Pour les ressortissants non européens, précise Service Public, il faut en outre avoir depuis au moins 5 ans un titre de séjour permettant de travailler en France, "avoir la carte de résident ou un titre de séjour équivalent", "avoir le statut de réfugié", "être reconnu apatride" ou "être bénéficiaire de la protection subsidiaire"

Un demandeur d'asile ne peut donc pas bénéficier du RSA tant qu'il n'a pas obtenu de manière effective son statut de réfugié. Il peut en revanche en faire une première demande avant, avec effet rétroactif une fois le statut de réfugié obtenu, comme l'a récemment fait savoir (lien archivé) la Caisse nationale des allocations familiales (Cnaf) à ses services. 

Sur Service Public, on lit que le montant du RSA est de 911,62 euros pour un couple sans enfants, de 1.093,95 euros pour un couple avec deux enfants. Au-delà de deux enfants, une aide de 243,10 euros s'ajoute "par enfant ou personne à charge supplémentaire", précise le site. Pour une personne seule, le montant du RSA s'élève à 607,75 €.

fb085c8f2032efa2fffc11b99f31dd9566831c5a-ipad.jpg

 

Capture d'écran du site Service Public, prise le 13 juin 2023

 

Quant à l'allocation pour demandeur d'asile, connue sous le nom d'Ada, son montant est moindre. Pour pouvoir y avoir droit, il faut avoir accepté les conditions matérielles d'accueil proposées par l'Office français de l'immigration et de l'intégration, avoir au moins 18 ans, être en possession de l'attestation de demandeur d'asile, avoir déposé une demande d'asile auprès de l'Office français de protection des réfugiés et apatrides dans un délai de 21 jours et avoir des ressources mensuelles inférieures au montant du RSA. 

8a102ee9dc44093caf2109a413ac5c01f13751d9-ipad.jpg

 

Capture d'écran du site Service Public, prise le 13 juin 2023

 

Dans le détail, le montant journalier de l'Ada est de 6,80 euros pour une personne. Un montant supplémentaire, qui varie selon le nombre de personnes présentes au sein du foyer, peut être versé si la personne a accepté l'offre de prise en charge, a manifesté un besoin d'hébergement et n'a pas bénéficié gratuitement d'un hébergement ou d'un logement. Pour une personne, ce montant supplémentaire s'élève à 14,20 euros. 

Le versement de l'Ada cesse à la fin du mois de la notification de la décision définitive concernant la demande d'asile ou si le bénéficiaire quitte la France, précise Service Public. Il peut en outre être suspendu en cas de refus d'une proposition d'hébergement, de non respect de l'obligation de se présenter aux autorités, ou en cas de non présentation des documents requis - entre autres. 

ccc3791a46f393b1645ef6e488bd2d5e1b73055a-ipad.jpg

 

Fleurs déposées en hommage aux victimes d'une attaque au couteau à Annecy en juin 2023

AFP

 

Cette publication trompeuse a été diffusée quelques jours après l'attaque au couteau commise près d'Annecy par un réfugié syrien et qui a fait six blessés à coups de couteau dont quatre jeunes enfants. Cette attaque a suscité une vague d'émotion et provoqué de nombreuses réactions dans la classe politique.

L'extrême-droite a notamment appelé, via la voix du président du Rassemblement national (RN) Jordan Bardella, à "restreindre le droit d'asile" et à "remettre à plat" les règles de son octroi parce qu'il est selon lui "donné dans l'Union européenne de manière beaucoup trop large". 

Après avoir fui son pays en guerre, la Syrie, l'assaillant d'Annecy Abdalmasih H. a obtenu fin 2013 un permis de séjour permanent en Suède où il a obtenu l'asile, ce qui lui confère le statut de réfugié. Il s'était récemment séparé de son épouse suédoise d'origine syrienne et réfugiée comme lui, et a quitté la Suède en mars 2022, après des années de stabilité. En situation régulière, il est passé par l'Italie et la Suisse avant d'arriver en octobre à Annecy, où il était sans domicile fixe.