Attention à cette image d'un "homme âgé au visage ensanglanté manifestant en France"


Attention à cette image d'un "homme âgé au visage ensanglanté manifestant en France"

Publié le lundi 3 avril 2023 à 12:19

0d981d70b8a11cb9e4108c670330249e055429b4-ipad.jpg

(AFP)

Auteur(s)

Juliette MANSOUR, Alexis ORSINI, AFP France

Des internautes relayent sur Twitter et sur Facebook, depuis le 30 mars 2023, l'image en gros plan d'un "homme âgé au visage ensanglanté manifestant en France", pour dénoncer les violences qu'il aurait subies aux mains de la police. Le visuel en question, diffusé quelques jours après que deux manifestants ont été grièvement blessés lors des violents affrontements avec la police à Sainte-Soline (Deux-Sèvres), suscite toutefois nombre d'interrogations sur son authenticité, certains utilisateurs soupçonnant une image générée par intelligence artificielle (IA). Plusieurs éléments de l'image, dont la version au cadrage plus large a été retrouvée par l'AFP dans une publication Facebook datée du 19 mars, accréditent en effet cette piste, comme l'ont confirmé différents experts de l'IA à l'AFP. Avant que celle-ci ne soit confirmée par l'envoi à l'AFP de la publication de l'artiste contemporain à l'origine de cette image générée par l'IA MidJourney, qui faisait initialement partie d'un projet artistique "satirique" clairement présenté comme tel. 

"L'image d'un homme âgé au visage ensanglanté manifestant en France fait le tour du monde", soutient un tweet partagé plus de 5.000 fois (aujourd'hui supprimé mais archivé ici et dont le contenu a été repris depuis dans d'autres tweets) depuis sa publication, le 29 mars 2023.

383fd5bc451bb02235db979a96f8a8ffc32d6e02-ipad.jpgCapture d'écran réalisée sur Twitter le 30 mars 2023.

Les différents hashtags qui l'accompagnent ("#Reformedesretraites", "#FranceProtest") laissent penser que cette scène a été photographiée pendant l'une des récentes manifestations en France contre la réforme du gouvernement.

On voit sur le visuel associé, en gros plan, le visage ensanglanté d'un homme qui semble très âgé, la bouche ouverte, visiblement aux prises avec des forces de l'ordre, à en juger par l'arrière-plan, où on distingue un homme équipé d'une visière mais aussi une silhouette au bras équipé d'une coque de protection. 

Mais cette image, également partagée sur Facebook avec la même légende, donne aussi lieu à de nombreuses interrogations. Certains internautes la soupçonnent d'avoir été générée par une intelligence artificielle, plusieurs scènes fictives de manifestation ou d'arrestation ayant vu le jour ces dernières semaines, dans un contexte de mobilisation nationale contre la réforme des retraites. 

Plusieurs éléments laissent en effet penser à une création d'intelligence artificielle, comme l'AFP et plusieurs experts ont pu le constater.

Une image publiée sur Facebook dès le 19 mars

Grâce à une recherche inversée d'image puis à une recherche de mots-clés, nous avons pu retrouver une occurrence de l'ensemble de cette image sur Facebook, dans une publication datée du 19 mars (lien archivé ici), avec la légende suivante : "Ça te fait jouir de faire fracasser les citoyens #Macron ? Ce pauvre retraité qui pense à ses enfants en manifestant pacifiquement ! … Et après certains viendront chialer pour une poubelle en feu ou une vitrine casée ! Partagez pour montrer ce que Macron a fait de notre Démocratie !"

61c1ad6e838dc0d88048c3fbca136aba794b4414-ipad.jpgCapture d'écran réalisée sur Facebook le 30 mars 2023.

Cette version non rognée - contrairement à la photo virale -, est bien plus détaillée : on y voit le même homme âgé ceinturé par au moins trois hommes casqués. En arrière-plan, on distingue d'autres membres des forces de l'ordre, le regard tourné dans une autre direction, et, encore plus au fond, des arbres devant un immeuble.   

Joint par l'AFP le 30 mars 2023, Victor Baissait, spécialiste des images générées par l'IA, souligne : "C'est une image plutôt réussie à première vue, qui ressemble fortement au style du [générateur d'images par IA] Midjourney. Quand on voit le fond, on sait que l'internaute a très probablement demandé à faire quelque chose qui se passe en France, on reconnaît des caractéristiques de bâtiments français dans des rues où il y a des manifestations."

"C'est définitivement une image générée par intelligence artificielle", a abondé le 30 mars 2023 auprès de l'AFP Nick Saint-Pierre, un autre spécialiste de l'IA.

Ce que nous avons pu confirmer a posteriori le 31 mars, après avoir été contactés sur le numéro WhatsApp d'AFP Factuel, par Régis Gonzalez, qui s'est présenté, publication Facebook à l'appui, comme l'auteur de cette image.

Comme on peut le voir sur la page Facebook de cet artiste contemporain, cette photo figurait en effet dès le 18 mars dans une publication montrant différentes images générées par IA de manifestants âgés, avec une légende ne laissant planer aucune ambiguïté sur la nature fictive de la scène : "Fakumentary 2043 : Manifestation contre la réforme des retraites à 98 ans (réalisé via intelligence artificielle)".

e1a33f15b09826b99616aa2a8de18b84f99ebbb4-ipad.jpgCapture d'écran réalisée sur Facebook le 31 mars 2023.

dd59a389136d9a96c3c374f173f1ff4bcca4064e-ipad.jpgCapture d'écran réalisée sur Facebook le 31 mars 2023.

Une création artistique satirique sur "la réforme des retraites à 98 ans"

Joint par l'AFP le 31 mars, Régis Gonzalez explique avoir été "prévenu par un copain que l'une de mes images avait été détournée et que ça avait pris des proportions hallucinantes", d'où son message à l'AFP pour rétablir l'origine de ce visuel "sorti de son contexte". 

"Ca fait une vingtaine d'années que je travaille sur les images et les fake news. Cette image faisait partie d'un faux documentaire satirique que j'ai réalisé sur MidJourney avec la V5. Il est censé se dérouler en 2043 et montrer une manifestation contre la réforme des retraites à 98 ans. La première image montre un policier s'engueuler avec un vieillard. Puis la manifestation dégénère et ça se finit sur une grand-mère avec une kalachnikov, en train de sourire, et un très vieux CRS qui a la même arme, c'est clairement parodique et satirique", précise l'artiste contemporain, qui s'étonne de la viralité prise par cette image, alors que sa publication initiale comptait moins d'une cinquantaine de partages.

"Curieusement l'IA a dévié, elle a généré des photos de personnes âgées mais elle n'a pas beaucoup de photos de CRS vieux, j'ai eu du mal à obtenir ça" alors que cela faisait partie de ses mots clé, souligne encore Régis Gonzalez, qui, bien qu'il déplore le détournement de son image, espère que ce cas de figure fasse office d'alerte : "Les autorités compétentes commencent à prendre conscience de l'ampleur du bordel dans lequel on va se trouver pendant 10 ans au moins [avec l'IA]". 

De multiples incohérences visuelles

Si la page Facebook à l'origine de la publication du 19 mars 2023 n'avait pas donné suite aux sollicitations de l'AFP au moment de la publication de cet article, plusieurs éléments de l'image laissaient penser qu'elle avait été générée par une intelligence artificielle. A commencer par l'absence de signes distinctifs des forces de l'ordre françaises (bandes de couleur sur les casques, insignes sur les uniformes).

9fd810b784853dd9306f6a4792e716fb2a5d86e3-ipad.jpgCapture d'écran du 30 mars 2023.

"L'image a un grain différent de celui d'une photo : elle a l'air peinte, ce qui est généralement le cas des images générées par IA. Une tache de sang sur la main est bizarre. L'un des casques sur le CRS le plus à gauche, car il semble cassé, avec une partie qui ressort. Le CRS a droit à une visière beaucoup trop longue, il y a une encoche peu réaliste dessus, et elle rentre dans la tête de la personne alors qu'elle n'est pas cassée", pointe Victor Baissait. 

Nick Saint-Pierre souligne de son côté que le tissu du vêtement du vieil homme et celui de l'uniforme du CRS "fusionnent sur l'image", trahissant une création par IA.

Comme le soulignait le 30 mars 2023 dans un tweet, exemples à l'appui, un utilisateur de Midjourney, Lionel Mandeix, l'image du vieil homme ensanglanté ressemble fortement aux créations réalisables sur la cinquième version de cette IA. 

urn:newsml:afp.com:20230331:90ed9fd7-deff-4380-94de-c64f51b8a5a3

Contacté par l'AFP, Lionel Mandeix explique avoir utilisé des mots-clés détaillés ("image d'un homme âgé de 90 ans blessé au visage entouré de force de maintien de l'ordre équipé de protection lors de manifestation violente à Paris"), accompagnés de précisions sur le type de rendu souhaité,  pour tenter de générer une image la plus ressemblante à celle vieil homme devenue virale en ligne. 

Un essai réalisé par l'AFP sur la cinquième version de Midjourney avec les mêmes indicateurs donne des résultats très ressemblants à celui de l'image devenue virale, comme on peut le voir ci-dessous.

4628b3be2f0fccbe81b36ad9382144cc0d49295f-ipad.jpgImages générées par l'AFP via le générateur de fausses images MidJourney le 30 mars 2023

Contacté par l'AFP, MidJourney n'avait pas répondu aux sollicitations avant la publication de l'article.

 

Le difficile chiffrage des manifestants blessés

"Ce sont des images qui émeuvent car elles sont ancrées dans l'actualité avec le débat autour des violences policières, donc ça paraît crédible, ce qui pousse les gens à retweeter sans questionner", analyse Victor Baissait.

D'autant que le 30 mars - jour où a été postée sur Twitter la photo que nous examinons - plusieurs personnes ont été arrêtées, dans le cadre d'un rassemblement à Savines-Le-lac, sur les rives du lac de Serre-Ponçon (Hautes-Alpes), où le président Emmanuel Macron devait faire un discours.

Lors des mobilisations contre la réforme des retraites, gardes à vue arbitraires et brutalités policières ont été dénoncées par des manifestants, des élus (archive) et des organisations de défenses des droits humains, comme récapitulé dans cette dépêche AFP (archive). Plusieurs enquêtes ont été ouvertes et "une centaine de plaintes" ont été déposées à Paris le 31 mars pour dénoncer des "arrestations et détentions arbitraires" dans le cadre de la mobilisation contre la réforme des retraites. 

Un homme, blessé par la police en janvier, a dû être amputé d'un testicule (archive). Un militant de Sud-Rail a été éborgné (archive) et une manifestante a eu un doigt arraché par des grenades de désencerclement, selon les syndicats.

 Le 30 mars, la Défenseure des droits Claire Hédon s'est saisie d'office des cas des deux manifestants grièvement blessés le 25 lors des violents affrontements survenus à Sainte-Soline (Deux-Sèvres) dans le cadre cette fois d'une manifestation contre les "mégabassines"

L'institution explique s'être saisie "au regard de la gravité des blessures occasionnées, possiblement par des armes de force intermédiaire, dans un contexte de manifestations".

Les deux manifestants étaient encore dans le coma à cette date, le pronostic vital du second étant toujours engagé. Les familles des deux hommes ont déposé plainte notamment pour "tentative de meurtre".

Cette enquête, de manière indépendante, visera à déterminer "les circonstances dans lesquelles ces blessures ont été occasionnées, et des conditions dans lesquelles les personnes blessées ont été secourues", a précisé la Défenseure des droits.

Côté manifestants, le nombre exact de manifestants blessés est très compliqué à évaluer, tant les sources sont disparates, tandis que les autorités, elles, fournissent des bilans exhaustifs concernant les forces de l'ordre, comme expliqué dans cette dépêche de l'AFP (archive).

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a fait état de "441 policiers et gendarmes blessésen France, le 23 mars, neuvième journée de mobilisation contre la réforme des retraites.

31 mars 2023ajoute élément supplémentaire sur l'origine de l'image, montrant qu'il s'agit bien d'une image générée par intelligence artificielle, après avoir reçu un message de son auteur, et ses explications ; ajoute le dépôt d'une centaine de plaintes à Paris pour dénoncer des "arrestations et détentions arbitraires" dans le cadre de la mobilisation contre la réforme des retraites