La double infection grippe et Covid surnommée "flurona" n'est ni inédite ni une "fusion" de deux virus


La double infection grippe et Covid surnommée "flurona" n'est ni inédite ni une "fusion" de deux virus

Publié le mardi 4 janvier 2022 à 16:56

1b5c334719cb2d7e71bb45cccbf8b385.jpeg

Auteur(s)

Julie Charpentrat, AFP France

Le cas d'une femme enceinte infectée simultanément par la grippe et le Covid - rapporté dans des médias israéliens - a donné lieu à de nombreuses interprétations erronées dans la presse et sur les réseaux sociaux ces derniers jours. Le cas est présenté comme une première mondiale, ce qui est faux : des cas similaires ont déjà été observés et n'ont rien d'étonnant en période de circulation importante des deux virus. De plus, certaines publications présentent aussi cette double infection - surnommée "flurona" - comme le résultat d'une supposée "fusion" ou "recombinaison" entre les deux virus, une hypothèse plus qu'improbable tant la grippe et le Sars-CoV-2 sont génétiquement différents, ont expliqué des virologues à l'AFP. L'OMS a aussi expliqué qu'il ne s'agit pas d'une nouvelle maladie.

Le cas de cette femme est abondamment relayé dans le monde entier "Urgent I Un cas de fusion entre la #grippe et le #coronavirus, appelé « #flurona » a été détecté en #Israël", affirme le 2 janvier cette internaute sur Facebook .

Le surnom "flurona" est la contraction de "flu" ("grippe" en anglais) et de "corona".

"Tout savoir sur la maladie Flurona qui est une fusion de Coronavirus et de grippe", titre le 3 janvier ce billet de blog ivoirien, expliquant que "les virus responsables de la grippe et du Corona sont deux virus similaires" et que "les chercheurs israéliens ont découvert une autre maladie qui est la fusion du Corona et de la grippe".

"Flurona : les premiers cas de cette maladie qui mélange grippe et Covid-19 sont apparus", titrait le 2 janvier le site Oh my mag !, article partagé au moins un millier de fois depuis sur Facebook, selon l'outil de mesure d'audience des réseaux sociaux Crowdtangle.

Sur Twitter, de nombreux messages évoquent aussi ce cas comme une première et/ou un "virus recombinant" grippe/Sars-CoV-2, comme ici.

Cet autre tweet très viral posté le 1er janvier parle quant à lui de "fusion entre la #grippe et le #coronavirus, appelé « #flurona » a été détecté en #Israël".

Comme le message ci-dessous, qui évoque une "nouvelle escroquerie", ces allégations sur les réseaux sociaux sont fréquemment relayées dans des messages ou des commentaires à tonalité complotiste et/ou anti-vaccinale.

2022010611-d3c7214286fb9920995c2469c05b2f26.jpegCapture d'écran de Twitter faite le 4 janvier 2022

Ce post Facebook publié le 4 janvier du média d'Etat hongrois M1 évoque quant à lui un "virus hybride", un terme erroné.

Habitué des articles trompeurs ou exagérés, le site britannique Daily Express n'hésite pas à titrer : "Panique au virus : premier cas de 'flurona' - Le Covid et la grippe se mélangent pour former la double infection de l'horreur" ("Virus panic: First case of 'flurona'– Covid and flu merge to form horror double infection")

2022010611-dad2fde0cfcdfee0153cafe1f826528f.jpegCapture d'écran du Daily Express faite le 4 janvier 2021

Qu'elles donnent lieu à des commentaires ironiques complotistes ou des interprétations anxiogènes, ces très nombreuses affirmations sont au mieux décontextualisées, au pire carrément fausses, résultant visiblement d'une lecture erronée d'un article du Times of Israel daté du 2 janvier et d'un article du site d'infos israélien Ynet du 30 décembre 2021 rapportant le cas de cette femme enceinte.

Grippe et Covid en même temps : d'autres cas déjà détectés

Que dit l'article du Times of Israel ?

Son titre est : "Flurona: Israel records its first case of patient with COVID and flu at same time" . En français : "Flurona: Israël détecte son premier cas de patient avec le Covid et la grippe en même temps".

Première source de confusion : il semble que bien des lecteurs aient omis le "its" ("son") du titre (qui figure aussi dans le titre d'Ynet). Le pays a détecté un premier cas sur son sol et non le premier cas du monde. On retrouve cette confusion jusque dans la presse française : le journal régional Ouest-France attaque cet article du 3 janvier ainsi "Une première mondiale, en tout cas officiellement".

Le magazine américain Newsweek semble avoir fait la même erreur : "le premier cas connu au monde d'une personne infectée par le Covid-19 et le virus de la grippe en même temps a été rapporté en Israël" ("The world's first known case of one person infected with COVID-19 and the influenza virus at the same time was recorded in Israel").

Même confusion dans le Daily Mail britannique : "Une jeune femme enceinte devient la première personne au monde à être infectée par la grippe et le Covid en même temps". ("A young pregnant woman has become the first person in the world to be infected with both Covid and the flu".)

Or, même s'ils restent a priori rares, des cas similaires ont été recensés depuis la début de la pandémie.

D'ailleurs, on voit sur cette page du site de l'OMS datée du 30 septembre 2021 consacrée aux "Similitudes et différences entre la COVID-19 et la grippe", que l'Organisation disait alors déjà qu'il était "possible d’attraper les deux maladies en même temps. Le moyen le plus efficace de prévenir l’hospitalisation et les formes graves de la COVID-19 et de la grippe est la vaccination avec les deux vaccins".

2022010611-d366077ad6bc93a5d168b170b0f7f968.jpegCapture d'écran du site du Times of Israel faite le 4 janvier 2022

Interrogé sur le sujet lors d'une conférence de presse le 4 janvier à Genève, un responsable de l'OMS en charge de la gestion du Covid Abdi Mahamud a indiqué que "nous avons vu lors de la dernière grippe saisonnière - et il y a un certain nombre d'études publiées là-dessus - des (...) co-infections, parce que les deux (virus) utilisent des récepteurs différents (pour infecter le corps humain, NDLR). Donc ce n'est pas +vous attrapez l'un ou l'autre+, ils ne s'excluent pas mutuellement, donc on peut avoir" une co-infection.

Interrogés le 4 janvier par l'AFP, Michel Moutschen, chef du service des maladies infectieuses au CHU de Liège (Belgique) et Vincent Maréchal, professeur de virologie à la Sorbonne à Paris, ont expliqué la même chose.

Michel Moutschen renvoie notamment à cette étude scientifique de décembre 2021 qui reprend 9.500 cas recensés à travers le monde pour tenter de déterminer si la concomitance des deux infections chez un patient aggrave leur état. Les patients étudiés étaient testés positifs aux deux virus.

Les auteurs y indiquent que "depuis le début de la pandémie de Covid-19, la co-infection de la grippe chez des patients Covid a été largement détectée et un certain nombre d'études de cas ont été publiés" comme ici ou .

L'article du Times le dit d'ailleurs lui-même dès le troisième paragraphe : "certains articles ont laissé entendre que ce (cas) était le premier cas de double (infection) dans le monde mais des cas ont été rapportés aux Etats-Unis dès le printemps 2020". Et de renvoyer à cet article de The Atlantic sur le sujet.

Le fait d'être infecté par deux pathogènes (deux virus, ou bien un virus et une bactérie au travers d'une surinfection bactérienne) est "connu", dit aussi Vincent Maréchal. C'est ce qu'on appelle une co-infection.

Interrogée par l'AFP le 4 janvier, l'OMS a indiqué que des "individus sont souvent infectés par plusieurs pathogènes qui circulent en même temps dans leur groupe de population; et comme davantage de gens sont testés, plusieurs pathogènes peuvent être détectés. Toutefois, cela n'entraîne pas nécessairement l'émergence d'une nouvelle maladie ('flurona', comme rapporté dans la presse) lorsque la grippe et le Sars-CoV-2 co-infectent la même personne".

En outre, la femme enceinte avait des symptômes "relativement légers" et a pu sortir de l'hôpital, selon le Times Of Israel.

Ni "fusion", "ni recombinaison", ni "hybride", ni "variant"

Même si l'article parle très clairement d'infection par "deux virus" distincts et n'évoque ni nouvelle maladie ni de virus hybride, deux passages ont pu prêter à confusion et accréditer l'idée (fausse) de la "fusion" des deux virus.

D'abord cette citation d'un médecin, chef du service de gynécologie de l'hôpital Beilinson où a été prise en charge la femme enceinte : "la maladie est la même maladie. Elles sont virales et entraînent des difficultés respiratoires puisque les deux s'attaquent aux voies aériennes supérieures" ("The disease is the same disease. They’re viral and cause difficulty breathing since both attack the upper respiratory tract").

Dans cette phrase, le médecin se contente de dire qu'il s'agit de deux virus qui donnent en partie les mêmes symptômes, et non pas qu'il s'agit d'une seule maladie ou d'un même virus.

L'article indique également que "le ministère de la Santé étudie le cas pour déterminer si l'association des deux virus entraînait une forme plus grave" ("the Health Ministry was studying the case to see whether a combination of the two viruses caused more severe illness").

Mais le terme anglais "combination" désigne simplement la concomitance des deux virus sans idée d'un mélange ou d'une fusion des deux virus, même si le terme ressemble au terme scientifique de "virus recombinant".

"Ce sont deux virus très différents qui ne se recombinent pas", indique Michel Moutschen, de l'Université de Liège. "Ils appartiennent à deux familles virales très différentes", abonde Vincent Maréchal. Dans l'état actuel des connaissances scientifiques, "c'est plus qu'hautement improbable" qu'ils puissent se mélanger, ajoute ce dernier.

2022010611-25339a1b4e2aabdb43fb32d2e45d9f60.jpegVaccination en Israël en 2021 ( AFP / MENAHEM KAHANA)

Cette page du site internet de l'Université de Louvain en Belgique explique les différences et les points communs entre les deux virus.

Au chapitre des différences, Jean Ruelle, professeur de virologie et chercheur au pôle de microbiologie médicale de l'institut de recherche expérimentale, explique que "ces deux virus font partie de familles virales différentes : le SARS-CoV-2 (nomenclature officielle) fait partie de la famille des Coronavirus (Coronaviridae), alors que les virus Influenza causant la grippe font partie d’une autre famille (Orthomyxoviridae)".

Les virus recombinants existent, mais sur dans des cas de virus bien plus proches génétiquement, comme des coronavirus par exemple, explique aussi Vincent Maréchal.

Parler de virus "variant" ou "hybride" qui serait le fruit d'une union de la grippe et du Sars-Cov-2, "c'est n'importe quoi", insiste-t-il.

Lors de la conférence de presse du 4 janvier, le responsable de l'OMS en charge de la gestion du Covid Abdi Mahamud a lui aussi rappelé qu'il s'agit bien "de deux virus différents qui utilisent deux récepteurs différents" pour infecter le corps humain, ce qui empêche les interactions génétiques, et donc l'idée d'une "fusion" ou d'un "variant" issu des deux virus.

Ces co-infections sont-elles particulièrement inquiétantes ?

Premier point, en cas de circulation active de plusieurs virus - comme la grippe saisonnière et le Covid -, il est inévitable que des patients soient infectés en même temps, souligne Vincent Maréchal, qui précise que cela peut aussi être le cas avec d'autres infections.

Il n'est donc pas en soi surprenant que ces cas existent et les co-infections ne sont pas l'apanage de l'ère du Covid-19.

Reste à savoir si le fait d'être infecté en même temps par les deux virus peut entraîner des cas plus graves.

"Sur la base d'études récentes, la prévalence des co-infections Covid-19 et grippe reste relativement basse", a noté pour sa part l'OMS, qui ajoute qu'il "faut davantage de preuves pour mieux comprendre les interactions entre les deux virus et si la gravité de la maladie est plus importante lorsque la grippe et le Sars-CoV-2 co-infectent, en particulier chez les individus à haut risque et les personnes âgées".

La méta-analyse (analyse d'autres études déjà existantes) mentionnée au début de cet article, et portant sur près de 9.500 cas de cas de co-infections grippe/Sars-Cov-2, n'a pas observé de "surmortalité globale" dans ces cas de co-infections. Une observation à apprécier avec une très grande prudence, précisent les auteurs, en raison des fortes disparités entre les pays (petits échantillons, profils des patients, prises en charge, souches virales différentes etc...) où ont été rapportés les cas, ce qui limite la portée de cette étude.

Les auteurs préconisent donc d'autres études sur le sujet.

Au-delà de l'aspect médical individuel, l'inquiétude des autorités israéliennes évoquées dans l'article du Times of Israel vient de la crainte de voir le système de santé saturé par une double épidémie ("twindemic", de l'anglais "twin", jumeau) grippe saisonnière + Covid. Selon l'article, plus de 2.000 personnes sont hospitalisées pour la grippe dans le pays.

C'est aussi pour cette raison que les autorités de nombreux pays, y compris en France, préconisent de se faire vacciner contre les deux virus, les injections pouvant même se faire en même temps.

"C'était notre plus grosse inquiétude, quand on parlait de pandémies jumelles", a aussi dit le 4 janvier Abdi Mahamud, de l'OMS. "Mais heureusement, toutes les mesures prises contre le Covid avaient (aussi) repoussé la grippe. A l'heure actuelle, nous sommes moins vigilants : les gens ne se font pas vacciner et la grippe va revenir en force", a-t-il prévenu.

"Donc oui, c'est possible (d'attraper les deux, NDLR) et cela va sans doute arriver parce que nous avons laissé tomber nos mesures individuelles de prévention", a-t-il insisté, appelant chacun à se faire vacciner.

"Nous avons un vaccin anti-grippe efficace et un vaccin anti-covid efficace qui vont vous protéger", a encore dit le responsable.

Nos confrères de LCI et de Checknews ont eux aussi consacré des articles de vérification à ce sujet.

Tags : France Covid-19