Non, l’Empire State Building n’a pas été illuminé en soutien aux territoires palestiniens


Non, l’Empire State Building n’a pas été illuminé en soutien aux territoires palestiniens

Publié le jeudi 23 novembre 2023 à 16:12

2047de76c2266fb4b864868fb90ba562efc58755-ipad.jpg

Auteur(s)

Chloé RABS / AFP France

Les Etats-Unis, soutien historique d'Israël, affichent à leur partenaire un appui sans faille depuis l'attaque perpétrée par le Hamas le 7 octobre et la riposte d'Israël à Gaza, qui fait des milliers de victimes civiles. Dans ce contexte, des internautes partagent une vidéo sur les réseaux sociaux affirmant qu’elle montre l’Empire State Building illuminé en soutien aux territoires palestiniens. Toutefois, l’illumination du gratte-ciel new-yorkais en rouge et en vert célébrait en réalité la soirée d'ouverture du spectacle de Noël des Radio City Rockettes, une compagnie de danse américaine.

Au 47e jour de la guerre, déclenchée par une attaque sans précédent du Hamas sur le sol israélien le 7 octobre, le gouvernement israélien (lien archivé ici) a donné son feu vert à un accord visant à obtenir la libération de 50 otages aux mains du Hamas en échange de prisonniers palestiniens et d'une trêve de quatre jours dans la bande de Gaza, premier signe tangible de répit.

Le 7 octobre, plus de 1.200 personnes ont été tuées sur le territoire israélien par les hommes du Hamas, en majorité des civils fauchés par balles, brûlés vifs ou morts de mutilations, selon les autorités israéliennes. Il s'agit d'une attaque d'une ampleur et d'une violence jamais vues depuis la création d'Israël en 1948. 

Au cours de l'attaque, quelque 240 personnes - dont des enfants - ont été emmenées en otage dans la bande de Gaza, selon l'armée israélienne, par le Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza depuis 2007. 

Le Hamas a affirmé de son côté, le 21 novembre, qu'au moins 14.000 personnes - majoritairement des civils, dont plus de 5.800 enfants - ont été tuées dans les bombardements israéliens en représailles et dans les combats au sol dans la bande de Gaza.

Principal soutien d'Israël, les Etats-Unis ont toujours assuré qu'Israël a le droit et l'obligation de se défendre contre le Hamas, considéré comme une organisation terroriste par Washington et l'Union européenne.

Dans ce contexte, des publications sur X (1, 2, 3) - anciennement Twitter - diffusent une vidéo affirmant qu’elle montre "l’Empire State Building aux couleurs de la Palestine". Cette même vidéo circule massivement en anglais. On y voit le célèbre gratte-ciel new-yorkais illuminé en vert et en rouge.

68c3720aed5df4b87094eb64b901ebe6eef867c6-ipad.jpg

 

Capture d'écran d'une publication sur X, réalisée le 22/11/2023.

 

a1c7f3524c217316fedb7605574574f9823e766f-ipad.jpg

 

Capture d'écran d'une publication sur X, réalisée le 22/11/2023.

 

Toutefois, ces couleurs - que l’on retrouve sur le drapeau palestinien - n’avaient pas pour vocation d’afficher un soutien aux territoires bombardés par Israël.

Le site de l’Empire State Building (lien archivé ici) tient un calendrier des illuminations du gratte-ciel, expliquant à quoi les couleurs choisies font référence.

A la date du 17 novembre 2023, on retrouve une image du monument illuminé en rouge et en vert avec pour légende : "En partenariat avec Madison Square Garden Entertainment pour célébrer l’ouverture du spectacle de Noël des Radio City Rockettes."

Les Rockettes (lien archivé ici) sont une troupe de danseuses qui se produisent chaque année devant un million de spectateurs dans l'enceinte du mythique Radio City Music Hall, le plus grand théâtre couvert du monde.

771f5c121efa333728a9f84af984065d125f4b23-ipad.jpg

 

Capture d'écran du site de l'Empire State Building, réalisée le 22/11/2023.

 

On retrouve d’ailleurs des photos du spectacle et du gratte-ciel illuminé en son honneur sur le compte X de l’Empire State Building (lien archivé ici).

Cette illumination n’avait donc rien à voir avec la guerre actuelle entre Israël et le Hamas.

Avec l’accord sur la libération d’otages annoncé le 22 novembre, les Etats-Unis (lien archivé ici) s'attendent à ce que trois ressortissantes américaines fassent partie des otages libérés, a indiqué un haut responsable de la Maison Blanche.

En échange de la libération des otages, 150 prisonniers palestiniens, des femmes et des jeunes de moins de 19 ans, sortiront des prisons israéliennes, selon le Hamas.

Mais malgré cet accord qui contient également une courte trêve, les parties au conflit restent sur leur garde.

"Nous confirmons que nos mains resteront sur la gâchette et que nos bataillons triomphants resteront aux aguets", a averti le Hamas.

"Le gouvernement israélien, l'armée israélienne et les forces de sécurité poursuivront la guerre pour ramener toutes les personnes enlevées, éliminer le Hamas et garantir qu'il n'y ait plus aucune menace pour l'Etat d'Israël depuis Gaza", a, de son côté, confirmé le gouvernement après son vote sur l'accord.

Depuis des semaines, les organisations internationales et de nombreuses capitales étrangères multipliaient les appels à un cessez-le-feu ou à une trêve face à la situation humanitaire catastrophique.